L'UA donne 150 000 USD pour le soutien des réfugiés en Angola

  • Visita da Comissária para a Educação, Ciência, Tecnologia e Inovação da Comissão da União Africana, Sarah Agbor, (à esq) ao centro de refugiados de Viana
Luanda - L'Union africaine (UA) a octroyé 150 000 dollars américains pour soutenir les 56 497 réfugiés vivant en Angola, a déclaré vendredi la commissaire de l'organisation pour l'éducation, la science, la technologie et l'innovation, Sarah Agbor.

La responsable a fourni ces informations lors d'une réunion avec des réfugiés de la République démocratique du Congo (RDC), du Burundi, du Rwanda, de la Sierra Leone, de la République de Guinée, du Tchad et du Libéria, qui vivent dans le district de Viana, à Luanda.

Selon la commissaire, l'Union africaine est consciente des difficultés rencontrées par les réfugiés en Angola, ajoutant qu'"un jour, ces réfugiés pourront retrouver leurs familles et récupérer ensemble les moments perdus tout au long de cette séparation".

Cependant, elle a remercié le gouvernement angolais pour l'hébergement des réfugiés situés sur le territoire national.

D'autre part, la secrétaire à la coordination générale des réfugiés en Angola, Kassanga Petronie, a déclaré qu'ils étaient préoccupés par le manque d'enregistrement des naissances de leurs enfants, l'accès à l'éducation, le chômage et le retard dans le processus d’obtention d’asile.

En conséquence, le gouvernement angolais et l'Union africaine ont été invités à encourager le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à réinstaller les réfugiés ayant des besoins spéciaux.

L'administrateur municipal de Viana, Manuel Pimentel, a déclaré que le soutien aux réfugiés vivant dans sa zone de juridiction allait se poursuivre.

La visite au centre de réfugiés de Viana a été suivie par des représentants des ministères des Affaires étrangères, de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme et de l'Intérieur, entre autres invités.

La responsable a fourni ces informations lors d'une réunion avec des réfugiés de la République démocratique du Congo (RDC), du Burundi, du Rwanda, de la Sierra Leone, de la République de Guinée, du Tchad et du Libéria, qui vivent dans le district de Viana, à Luanda.

Selon la commissaire, l'Union africaine est consciente des difficultés rencontrées par les réfugiés en Angola, ajoutant qu'"un jour, ces réfugiés pourront retrouver leurs familles et récupérer ensemble les moments perdus tout au long de cette séparation".

Cependant, elle a remercié le gouvernement angolais pour l'hébergement des réfugiés situés sur le territoire national.

D'autre part, la secrétaire à la coordination générale des réfugiés en Angola, Kassanga Petronie, a déclaré qu'ils étaient préoccupés par le manque d'enregistrement des naissances de leurs enfants, l'accès à l'éducation, le chômage et le retard dans le processus d’obtention d’asile.

En conséquence, le gouvernement angolais et l'Union africaine ont été invités à encourager le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à réinstaller les réfugiés ayant des besoins spéciaux.

L'administrateur municipal de Viana, Manuel Pimentel, a déclaré que le soutien aux réfugiés vivant dans sa zone de juridiction allait se poursuivre.

La visite au centre de réfugiés de Viana a été suivie par des représentants des ministères des Affaires étrangères, de l'Action sociale, de la Famille et de la Promotion de la femme et de l'Intérieur, entre autres invités.