Le Chef de l’Etat appelle au dialogue entre l'UNITA, TPA et TV Zimbo

  • Presidente da República, João Lourenço, preside encontro com governantes na província do Kuanza Norte
Ndalatando (Angola) - Le Président de la République, João Lourenço, a appelé ce mercredi au dialogue entre la TPA, la TV Zimbo et l'UNITA pour régler le différend entre les parties.

Selon le Président de la République, qui réagissait au « black-out » (rupture) imposé par les deux sociétés à ce parti, la « guerre des communiqués » n'arrange pas et augmente la tension.

Pour João Lourenço, la décision a été prise exclusivement par les directeurs des deux instances, car ce sont leurs professionnels qui ont ressenti les actes d'intolérance lors de la couverture d'une marche, samedi dernier (11 septembre).

"Ce sont eux qui ressentaient l'intolérance d'un certain parti politique, ont senti la vie de leurs journalistes en danger et ont réagi comme nous les voyions tous", a-t-il indiqué.

Au cours de la marche, qui a visé à exiger des élections transparentes en 2022, des militants et sympathisants de l'UNITA se sont soulevés contre les professionnels de la TPA et de la TV Zimbo, les empêchant de couvrir l'acte.

En réaction, les directions des deux médias ont exigé des excuses publiques à l'UNITA, promotrice de la marche, sous peine de ne couvrir aucune activité de ce parti.

À cet égard, João Lourenço a dit que les dirigeants politiques du pays devraient éviter ce type de friction et a souligné que la résolution nécessite un dialogue entre les parties.

"Je crois que si cela se produit, l'offensé finira par pardonner et tout rentrera dans l'ordre", a-t-il ajouté, estimant que dans les prochains jours l'atmosphère sera moins tendue.

Selon le Président de la République, qui réagissait au « black-out » (rupture) imposé par les deux sociétés à ce parti, la « guerre des communiqués » n'arrange pas et augmente la tension.

Pour João Lourenço, la décision a été prise exclusivement par les directeurs des deux instances, car ce sont leurs professionnels qui ont ressenti les actes d'intolérance lors de la couverture d'une marche, samedi dernier (11 septembre).

"Ce sont eux qui ressentaient l'intolérance d'un certain parti politique, ont senti la vie de leurs journalistes en danger et ont réagi comme nous les voyions tous", a-t-il indiqué.

Au cours de la marche, qui a visé à exiger des élections transparentes en 2022, des militants et sympathisants de l'UNITA se sont soulevés contre les professionnels de la TPA et de la TV Zimbo, les empêchant de couvrir l'acte.

En réaction, les directions des deux médias ont exigé des excuses publiques à l'UNITA, promotrice de la marche, sous peine de ne couvrir aucune activité de ce parti.

À cet égard, João Lourenço a dit que les dirigeants politiques du pays devraient éviter ce type de friction et a souligné que la résolution nécessite un dialogue entre les parties.

"Je crois que si cela se produit, l'offensé finira par pardonner et tout rentrera dans l'ordre", a-t-il ajouté, estimant que dans les prochains jours l'atmosphère sera moins tendue.