Cuanza Norte : Les Etats-Unis enquêtent sur leurs relations avec l'Angola

  • Embaixadora dos Estados Unidos da América em Angola, Nina Fite
Dondo (Angola) - Le gouvernement américain enquête sur les relations entre les Noirs angolais et les Afro-Américains, pour expliquer les liens de consanguinité avec l'Angola.

Selon Nina Fite, un Américain sur quatre est d'origine angolaise, avec une histoire encore moins claire sur les circonstances qui l’a conduit en Amérique.

Nina Fite s'exprimait devant la presse à l'issue d'une visite dans la commune de Massangano, municipalité de Cambambe, province de Cuanza Norte, dans le but de s'informer sur le processus qui a soutenu la traite négrière.

La commune de Massangano, située sur la rive droite de la rivière Kwanza, était l'un des principaux points de départ des esclaves angolais vers l'Europe et l'Amérique.

Elle a précisé que les États-Unis ont inclus des informations publiques dans le musée de Washington sur les relations avec l'Afrique, le processus de colonisation et la traite des êtres humains dans plusieurs pays, mais qu'en ce qui concerne l'Angola, il n'y a toujours pas de données substantielles destinées à être divulguées, avec des avantages mutuels pour l'avenir des deux pays.

L'Angola, a-t-elle estimé, a des conditions touristiques, capables d'attirer des investisseurs nord-américains, non seulement pour des visites, mais aussi pour comprendre le chemin emprunté par les esclaves, de la capture, la commercialisation, le baptême et l'exil.

Pour l'ambassadrice, ce chemin peut être très curieux pour quiconque enquête sur ses origines.

Nina Fite a visité l'un des points d'embarquement des esclaves, au départ du village de Massangano, qui conserve des collections historiques, telles que les ruines de l'ancien palais de justice colonial, la maison de réclusion, la mairie et la place des esclaves.

La forteresse locale, le sanctuaire de Nossa Senhora da Vitória et le tombeau du capitaine portugais Paulo Dias de Novais, construit au XVIe siècle, faisaient également partie de l'itinéraire de l'ambassadrice.

Le sanctuaire de Nossa Senhora da Vitória, classé au patrimoine historique national, est la principale attraction touristique de la commune de Massangano, située à 33 kilomètres de la ville de Dondo.

Le monument bénéficie de ce classement depuis la période coloniale, par l'ordonnance 81, Bulletin Officiel 20, du 28 avril 1923.

En moyenne, plus de cinq mille pèlerins fréquentent le site, situé dans le détroit entre les rivières Kwanza et Lucala.

La commune de Massangano compte près de 400 habitants, qui se consacrent à la pêche et à l'agriculture.

Selon Nina Fite, un Américain sur quatre est d'origine angolaise, avec une histoire encore moins claire sur les circonstances qui l’a conduit en Amérique.

Nina Fite s'exprimait devant la presse à l'issue d'une visite dans la commune de Massangano, municipalité de Cambambe, province de Cuanza Norte, dans le but de s'informer sur le processus qui a soutenu la traite négrière.

La commune de Massangano, située sur la rive droite de la rivière Kwanza, était l'un des principaux points de départ des esclaves angolais vers l'Europe et l'Amérique.

Elle a précisé que les États-Unis ont inclus des informations publiques dans le musée de Washington sur les relations avec l'Afrique, le processus de colonisation et la traite des êtres humains dans plusieurs pays, mais qu'en ce qui concerne l'Angola, il n'y a toujours pas de données substantielles destinées à être divulguées, avec des avantages mutuels pour l'avenir des deux pays.

L'Angola, a-t-elle estimé, a des conditions touristiques, capables d'attirer des investisseurs nord-américains, non seulement pour des visites, mais aussi pour comprendre le chemin emprunté par les esclaves, de la capture, la commercialisation, le baptême et l'exil.

Pour l'ambassadrice, ce chemin peut être très curieux pour quiconque enquête sur ses origines.

Nina Fite a visité l'un des points d'embarquement des esclaves, au départ du village de Massangano, qui conserve des collections historiques, telles que les ruines de l'ancien palais de justice colonial, la maison de réclusion, la mairie et la place des esclaves.

La forteresse locale, le sanctuaire de Nossa Senhora da Vitória et le tombeau du capitaine portugais Paulo Dias de Novais, construit au XVIe siècle, faisaient également partie de l'itinéraire de l'ambassadrice.

Le sanctuaire de Nossa Senhora da Vitória, classé au patrimoine historique national, est la principale attraction touristique de la commune de Massangano, située à 33 kilomètres de la ville de Dondo.

Le monument bénéficie de ce classement depuis la période coloniale, par l'ordonnance 81, Bulletin Officiel 20, du 28 avril 1923.

En moyenne, plus de cinq mille pèlerins fréquentent le site, situé dans le détroit entre les rivières Kwanza et Lucala.

La commune de Massangano compte près de 400 habitants, qui se consacrent à la pêche et à l'agriculture.