Le Royaume-Uni renforce le niveau de menace terroriste contre les députés

  • Drapeau du Royaume Uni
Londres - Le gouvernement britannique a élevé mercredi à un niveau substantiel le niveau de menace terroriste contre les députés, ce qui présuppose comme probable une attaque dirigée contre l'un des parlementaires.

Cette décision a été annoncée par le ministre de l'Intérieur Priti Patel au parlement cinq jours après l'assassinat du député conservateur David Amess par un terroriste islamiste présumé.

Une étude du Joint Terrorist Analysis Center britannique recommandait de revoir le degré de menace, qui était modéré, ce qui impliquait qu'une attaque était possible mais peu probable.

Le niveau de menace substantielle qui a été étendu aux députés, est le troisième d'une échelle de cinq, avant sévère et critique, et est le même que le niveau général pour le Royaume-Uni, a expliqué le ministre.

Après le meurtre d'Amess, qui a eu lieu alors qu'il était au service des citoyens de sa circonscription, le gouvernement britannique a ordonné une révision des mesures de sécurité pour les députés, qui se sont plaints, dans certaines situations, du manque de protection lors des réunions hebdomadaires pour assister des électeurs.

Cette décision a été annoncée par le ministre de l'Intérieur Priti Patel au parlement cinq jours après l'assassinat du député conservateur David Amess par un terroriste islamiste présumé.

Une étude du Joint Terrorist Analysis Center britannique recommandait de revoir le degré de menace, qui était modéré, ce qui impliquait qu'une attaque était possible mais peu probable.

Le niveau de menace substantielle qui a été étendu aux députés, est le troisième d'une échelle de cinq, avant sévère et critique, et est le même que le niveau général pour le Royaume-Uni, a expliqué le ministre.

Après le meurtre d'Amess, qui a eu lieu alors qu'il était au service des citoyens de sa circonscription, le gouvernement britannique a ordonné une révision des mesures de sécurité pour les députés, qui se sont plaints, dans certaines situations, du manque de protection lors des réunions hebdomadaires pour assister des électeurs.