Des familles se battent pour l'inclusion scolaire

  • Complexe scolaire d'éducation spéciale inauguré par le gouverneur de Namibe, Archer Mangueira
Luanda – Chaque année, à la veille du début du calendrier scolaire, des milliers de parents et tuteurs d'enfants et d'adolescents ayant des besoins particuliers « se battent » pour une place dans les institutions spécialisées du pays, qui, malgré les investissements de l'État, sont toujours insuffisantes.

L'une des raisons de la précipitation habituelle est la volonté des parents d'offrir à leurs enfants des conditions favorables au processus d'apprentissage, prévues dans les programmes d'inclusion scolaire.

Il s'agit d'un processus qui, selon certains parents, s'est avéré compliqué, principalement en raison du fait que de nombreuses écoles accréditées par les autorités n'ont pas de "conditions techniques" pour la fourniture complète de ces services.

Le processus d'inclusion scolaire en Angola a commencé à faire ses « premiers pas » en 1979, mais ce n'est qu'en 2017 qu'il est entré en vigueur avec l'élaboration et l'application de la Politique nationale d'éducation spéciale, guidée par le décret n°187/17 du 16 août.

Les données indiquent qu'en 2020, 42586 étudiants étaient inscrits, dont 22786 étudient dans des écoles spéciales. Les autres sont dans l'enseignement général.

Concrètement, il existe actuellement 22 écoles spéciales et 1 895 salles de classe inclusives en Angola, en plus de 286 interprètes en langue des signes formés par les autorités nationales, pour répondre à un problème qui continue d'affecter les parents et les élèves.

C'est le cas de Neide Sampaio, mère d'un enfant de 11 ans qui souffre d'autisme. Comme des centaines de mères, la citoyenne est triste de ne pas pouvoir, jusqu'à présent, inscrire son enfant dans une école publique d'enseignement spécialisé et de ne pas avoir les conditions financières pour l'inscrire dans un établissement privé qui assure ce service.

"Ils (les privés) facturent environ 180 000 kwanzas/mois en pots-de-vin", explique Neide Sampaio, qui souhaite voir étendu le réseau de salles d'inclusion dans toutes les municipalités.

De même, Pedro Parente se bat depuis longtemps pour assurer de meilleures conditions d'enseignement à sa fille de 24 ans, qui souffre d'une déficience auditive, détectée à quatre ans.

Bien qu’ayant avoir réussi à l'inscrire dans une école publique, où elle fréquente la 11e année, le père appelle les autorités à ouvrir davantage d'établissements d'enseignement spécialisé ou de salles d'inclusion, afin de faciliter l'inclusion des élèves dans cet état.

L'une des raisons de la précipitation habituelle est la volonté des parents d'offrir à leurs enfants des conditions favorables au processus d'apprentissage, prévues dans les programmes d'inclusion scolaire.

Il s'agit d'un processus qui, selon certains parents, s'est avéré compliqué, principalement en raison du fait que de nombreuses écoles accréditées par les autorités n'ont pas de "conditions techniques" pour la fourniture complète de ces services.

Le processus d'inclusion scolaire en Angola a commencé à faire ses « premiers pas » en 1979, mais ce n'est qu'en 2017 qu'il est entré en vigueur avec l'élaboration et l'application de la Politique nationale d'éducation spéciale, guidée par le décret n°187/17 du 16 août.

Les données indiquent qu'en 2020, 42586 étudiants étaient inscrits, dont 22786 étudient dans des écoles spéciales. Les autres sont dans l'enseignement général.

Concrètement, il existe actuellement 22 écoles spéciales et 1 895 salles de classe inclusives en Angola, en plus de 286 interprètes en langue des signes formés par les autorités nationales, pour répondre à un problème qui continue d'affecter les parents et les élèves.

C'est le cas de Neide Sampaio, mère d'un enfant de 11 ans qui souffre d'autisme. Comme des centaines de mères, la citoyenne est triste de ne pas pouvoir, jusqu'à présent, inscrire son enfant dans une école publique d'enseignement spécialisé et de ne pas avoir les conditions financières pour l'inscrire dans un établissement privé qui assure ce service.

"Ils (les privés) facturent environ 180 000 kwanzas/mois en pots-de-vin", explique Neide Sampaio, qui souhaite voir étendu le réseau de salles d'inclusion dans toutes les municipalités.

De même, Pedro Parente se bat depuis longtemps pour assurer de meilleures conditions d'enseignement à sa fille de 24 ans, qui souffre d'une déficience auditive, détectée à quatre ans.

Bien qu’ayant avoir réussi à l'inscrire dans une école publique, où elle fréquente la 11e année, le père appelle les autorités à ouvrir davantage d'établissements d'enseignement spécialisé ou de salles d'inclusion, afin de faciliter l'inclusion des élèves dans cet état.