Les mesures de la BNA ont un impact sur la disponibilité des liquidités - BPC

  • La Banque nationale d'Angola
Luanda - Le manque de liquidités aux guichets automatiques et la difficulté de retirer l’argent dans les agences bancaires sont liés au profil de la clientèle, à la concentration des guichets automatiques dans les zones urbaines et aux mesures de maîtrise de l'inflation mises en œuvre par la Banque nationale d'Angola (BNA), a affirmé samedi le directeur de marketing de la BPC, José Matoso.

José Matoso a expliqué que la BNA a mis en place des mesures pour réduire l'inflation, qui ont un impact sur la disponibilité de l'argent dans les guichets automatiques (Multicaixas) et dans les agences bancaires. De plus, a-t-il ajouté, la plupart des clients de la banque sont à la périphérie de la ville de Luanda, où il n'y a pas assez de services, affluant donc vers la ville, d'où la pression sur les distributeurs automatiques.

«Les banques doivent étendre leur système de paiement là où se trouve la majorité de la population, il y a un manque de services Multicaixa et TPA », a indiqué le responsable Marketing de la BPC, intervenant dans le débat sur « Le système bancaire national et les réponses aux besoins des citoyens », promu par la Radio Nationale d’Angola (RNA).

A ce sujet, le directeur du département de Systèmes de paiement de la BNA, Edgar Costa, a déclaré que la réduction d'une centaine d'agences bancaires dans le système contribue à ce qu'un grand nombre de personnes recourent aux distributeurs automatiques.

Selon lui, il n'y a pas de manque d'argent, mais une capacité de service limitée des banques, ce qui est lié au fait que les entreprises paient les salaires en même temps, c'est-à-dire à la fin de chaque mois.

Pour compléter sa justification, il a conseillé aux clients d'utiliser des services alternatifs tels que la banque en ligne, Multicaixa Express, Unitel Money et autres.

Répondant aux arguments de la BNA, l'économiste António Stote, l'un des panélistes, a déclaré que les banques enfreignent une instruction de la BNA (Avis 12/16, 5 de Septembre), en fournissant un mauvais service aux clients.

Pour lui, la BNA refuse d'appliquer des sanctions aux banques et démontre qu'elle a des difficultés à assumer son rôle de régulateur.

À son tour, le consultant Victor Garcia a fait valoir que la BNA a une politique de faible consommation visant à réduire l'inflation.

Il a également souligné que les banques manquent d'argent et le justifient généralement par l'absence d'un système.

Concernant l'utilisation de services alternatifs tels que l'internet banking, Multicaixa Express, Unitel Money, il a rappelé la nécessité d'adapter les moyens de paiement à la réalité des destinataires.

Selon lui, « nous ne sommes pas en mesure de mettre en œuvre la banque numérique et il est nécessaire que la BNA encadre les services et produits des banques de manière impartiale, afin de servir l'ensemble de la population, où qu'elle se trouve ».

José Matoso a expliqué que la BNA a mis en place des mesures pour réduire l'inflation, qui ont un impact sur la disponibilité de l'argent dans les guichets automatiques (Multicaixas) et dans les agences bancaires. De plus, a-t-il ajouté, la plupart des clients de la banque sont à la périphérie de la ville de Luanda, où il n'y a pas assez de services, affluant donc vers la ville, d'où la pression sur les distributeurs automatiques.

«Les banques doivent étendre leur système de paiement là où se trouve la majorité de la population, il y a un manque de services Multicaixa et TPA », a indiqué le responsable Marketing de la BPC, intervenant dans le débat sur « Le système bancaire national et les réponses aux besoins des citoyens », promu par la Radio Nationale d’Angola (RNA).

A ce sujet, le directeur du département de Systèmes de paiement de la BNA, Edgar Costa, a déclaré que la réduction d'une centaine d'agences bancaires dans le système contribue à ce qu'un grand nombre de personnes recourent aux distributeurs automatiques.

Selon lui, il n'y a pas de manque d'argent, mais une capacité de service limitée des banques, ce qui est lié au fait que les entreprises paient les salaires en même temps, c'est-à-dire à la fin de chaque mois.

Pour compléter sa justification, il a conseillé aux clients d'utiliser des services alternatifs tels que la banque en ligne, Multicaixa Express, Unitel Money et autres.

Répondant aux arguments de la BNA, l'économiste António Stote, l'un des panélistes, a déclaré que les banques enfreignent une instruction de la BNA (Avis 12/16, 5 de Septembre), en fournissant un mauvais service aux clients.

Pour lui, la BNA refuse d'appliquer des sanctions aux banques et démontre qu'elle a des difficultés à assumer son rôle de régulateur.

À son tour, le consultant Victor Garcia a fait valoir que la BNA a une politique de faible consommation visant à réduire l'inflation.

Il a également souligné que les banques manquent d'argent et le justifient généralement par l'absence d'un système.

Concernant l'utilisation de services alternatifs tels que l'internet banking, Multicaixa Express, Unitel Money, il a rappelé la nécessité d'adapter les moyens de paiement à la réalité des destinataires.

Selon lui, « nous ne sommes pas en mesure de mettre en œuvre la banque numérique et il est nécessaire que la BNA encadre les services et produits des banques de manière impartiale, afin de servir l'ensemble de la population, où qu'elle se trouve ».