Soudan : l’ONU condamne le coup d’Etat militaire et réclame la libération immédiate des dirigeants arrêtés

  • Secrétaire général de l'ONU, António Guterres
Plusieurs hauts responsables des Nations Unies, dont le Secrétaire général António Guterres, ont condamné le coup d’Etat militaire perpétré lundi au Soudan et demandé la libération immédiate du Premier ministre et des autres dirigeants civils arrêtés.

L'armée soudanaise a pris le pouvoir lundi, a dissous le conseil de gouvernement qui comprenait des civils et a détenu le Premier ministre et d'autres hauts dirigeants civils, mettant en danger le processus de transition du pays vers la démocratie.

« Le Secrétaire général condamne fermement le coup d'État militaire en cours à Khartoum et toutes les actions qui pourraient compromettre la transition politique et la stabilité du Soudan. Il appelle à la reconstitution immédiate des modalités de gouvernance prévues par le Document constitutionnel », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« La détention illégale du Premier ministre, de représentants du gouvernement et de politiciens est inacceptable et contrevient au Document constitutionnel et au partenariat essentiel pour le succès de la transition au Soudan. Le Secrétaire général demande la libération immédiate du Premier ministre et de toutes les autres personnes détenues arbitrairement », a-t-il ajouté.

L'armée soudanaise a pris le pouvoir lundi, a dissous le conseil de gouvernement qui comprenait des civils et a détenu le Premier ministre et d'autres hauts dirigeants civils, mettant en danger le processus de transition du pays vers la démocratie.

« Le Secrétaire général condamne fermement le coup d'État militaire en cours à Khartoum et toutes les actions qui pourraient compromettre la transition politique et la stabilité du Soudan. Il appelle à la reconstitution immédiate des modalités de gouvernance prévues par le Document constitutionnel », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« La détention illégale du Premier ministre, de représentants du gouvernement et de politiciens est inacceptable et contrevient au Document constitutionnel et au partenariat essentiel pour le succès de la transition au Soudan. Le Secrétaire général demande la libération immédiate du Premier ministre et de toutes les autres personnes détenues arbitrairement », a-t-il ajouté.