ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Société

08.06.2012 - ven. : 10'50 - Mise à jour 08.06.2012 - ven. : 10'49

Formation des cartographes pour le recensement général

Luanda

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer


          Luanda - L'Institut National de Statistique (INE) organisera dès lundi, à Luanda, des seminaires de formation destinés auxcartographes et les chargés de supervision dans les provinces de Bié , Lunda Norte et Cabinda, dans le cadre de la réalisation de récensement général de la population et habitation (RGPH- 2013).


          Pour le coordinateur de la sous-comission  de cartographie de l'INE, Benjamin Afonso, qui a tenu ces propos jeudi à l'Angop, l'intention est de dôter le personnel des informations nécessaires devant servir à l'actualisation des cartes dans les respectives localités.


           Il a informé que 30 personnes serait formées dans la province de Bié, ce qui équivaut à six équipes, la province de Cabinda aura 10 formés à raison de deux équipes et Lunda Norte comptera 20.


            Selon lui, les techniciens qui seront formés auront pour mission de recueillir les données nécessaires pour l'actualisation des cartes géographes nationale pour la repartition des secteurs d'activités des équipes, ajoutant que.les cours du genre ont été déjà organisés dans les provinces de Zaire, Uige et de Kwanzas Sul.

    
      Les travaux de collection de données seront exécutés par les recenseurs ou soit par des individus localement recrutés et formés à cet effet.


      Le recensement général de la population et habitation est une opération complexe et coûteux que tout pays peut réaliser et permet que tous les individus soient inserés dans le système statistique national parce qu'il s'agit d'une opération qui engage toute la population.


       L'Angola n'a plus réalisé de recensement général de la population et d'habitation depuis 1970 (époque coloniale), mais l'ONU recommande aux pays de le faire au moins tous les dix ans.