ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

14.05.2012 - lun. : 13'12 - Mise à jour 14.05.2012 - lun. : 13'12

Le Parlement iranien condamne un projet d'union Arabie saoudite/Bahreïn

Iran

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Teheran - Quelque 190 des 290 députés du Parlement iranien ont "condamné" un projet d'union entre l'Arabie Saoudite et Bahreïn envisagé dans le cadre d'un rapprochement entre les monarchies arabes du Golfe, a rapporté lundi l'agence Mehr.


"Les dirigeants saoudiens et bahreïnis doivent savoir que cela va renforcer l'unité du peuple bahreïni face aux forces d'occupation (saoudiennes, ndlr) et la crise de Bahreïn va être transférée en Arabie saoudite et pousser la région vers l'insécurité", ont affirmé les députés dans une lettre.


Le Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui réunit les six monarchies arabes de la région, doit examiner lundi à Ryad un projet d'union présenté par l'Arabie saoudite et soutenu par Bahreïn. Ce projet pourrait démarrer avec "une forme d'union" entre ces deux pays, selon un responsable bahreïni.


Cette proposition intervient alors que Bahreïn est secoué depuis un an par des manifestations de la population à majorité chiite, comme en Iran, qui réclame des réformes politiques à la dynastie sunnite au pouvoir dans le petit royaume. Téhéran soutient ces manifestations et a vivement dénoncé l'envoi en mars 2011 de forces saoudiennes pour tenter de faire taire la contestation.


"Tout en condamnant cette décision préjudiciable, nous affirmons qu'on ne peut pas calmer les peuples par la force et la pression politique", insiste le texte signé par les députés iraniens.


Le chef du principal groupe d'opposition chiite bahreïnie, cheikh Ali Salmane, a également vivement critiqué dimanche ce projet d'union, affirmant que le peuple bahreïni était "le seul habilité à décider de son indépendance".