ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

23.05.2012 - mer. : 13'14 - Mise à jour 23.05.2012 - mer. : 13'14

Report d'un rapport pour cause de divisions entre les partis

Algérie/élections

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer


               ALGER - L'adoption d'un rapport d'une commission nationale du surveillance des élections législatives du 10 mai en Algérie a été repoussée en raison de divergences entre les partis politiques ayant participé à ce scrutin, a indiqué mercredi à l'AFP son président.


               "Un rapport initial a été soumis mardi à la commission. Des partis politiques voulaient l'amender alors qu'autres proposaient de supprimer certaines de ses conclusions. Son adoption a donc été repoussée", a dit M. Mohamed Seddiki.


               "Depuis son installation, la commission a tout fait pour accomplir sa mission sans aucune complaisance envers l'administration", accusée par des partis, notamment islamistes, d'avoir avantagé les partis au pouvoir, a-t-il ajouté.


               " Nous avons a signalé tout les dépassements sans aucune exception", a-t-il précisé.


               La commission, composée de représentant de 44 partis ayant participé au scrutin, avait notamment épinglé deux ministres en exercice, candidats aux législatives, pour avoir visite des centre de vote durant les opérations de vote, "Nous allons nous réunir une nouvelle fois jeudi pour tenter d'aboutir à une mouture plus consensuelle qui sera soumise au vote au plus tard lundi", a-t-il précisé. Selon M. Seddiki, le rapport de la commission sera remis au ministre de l'Intérieur Daho Ould Kablia.


               "Ce rapport sera déterminant pour la crédibilité du scrutin du 10 mai et pour celle des scrutins à venir", a estimé M. Seddiki, membre du parti Ahd 54, qui a remporté trois sièges.


               Pour la première fois depuis l'instauration du multipartisme en 1989, la présidence de cette commission, chargée du "suivi et du contrôle des opérations électorales, a échappé au contrôle de l'administration. Lors des précédents scrutins, sa présidence avait toujours été confiée à une personnalité, désignée par les autorités.