ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

03.02.2011 - jeu. : 08'19 - Mise à jour 03.02.2011 - jeu. : 08'19

L'armée déjoue un attentat d'Al-Qaïda visant à tuer le président

Mauritanie

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Nouakchott - L'armée mauritanienne a déjoué mercredi une tentative d'attentat à Nouakchott revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui a affirmé qu'elle visait à assassiner le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz.


Vers 02H00 (locales et GMT), l'armée a fait sauter un véhicule bourré d'explosifs à 12 km au sud de Nouakchott, tuant les trois occupants qui s'y trouvaient, selon une source militaire qui a précisé qu'ils tentaient "de s'infiltrer dans la capitale pour y commettre des attentats".
Le véhicule contenait "une tonne et demi de TNT de forte intensité", selon le ministre mauritanien de la Défense, Hamadi Ould Hamadi. Huit soldats, qui se trouvaient à environ 300 mètres de la très forte déflagration entendue dans plusieurs quartiers de la capitale, ont été légèrement blessés par les débris projetés.


Aqmi a revendiqué une tentative d'attentat, affirmant par l'intermédiaire de l'agence privée en ligne Nouakchott informations (ANI), qu'elle "visait à assassiner" le chef de l'Etat Mohamed Ould Abdel Aziz.


Un porte-parole de l'organisation, qui a contacté l'ANI depuis le nord du Mali, a affirmé que, contrairement à la version mauritanienne, il n'y avait que deux occupants dans le véhicule et que ce sont eux qui ont pris l'initiative de le faire exploser à l'approche des militaires.


Le véhicule visé faisait partie des trois recherchés depuis samedi par l'armée mauritanienne, en état d'alerte après avoir reçu des informations sur leur entrée en Mauritanie par la région de Néma (sud-est), près de la frontière avec le Mali.


Un des trois occupants d'un second véhicule piégé abandonné près de Rkiz (sud) récupéré mardi, a été arrêté, mais les deux autres sont toujours en fuite, selon M. Ould Hamadi, contrairement à ce qu'avait indiqué une source militaire. Le troisième véhicule était toujours recherché mercredi. L'homme arrêté est un Bissau-guinéen, Youssef Galissa, alias "Abou Jaavar", 29 ans, étudiant d'une école coranique, selon une source sécuritaire.