ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

29.09.2010 - mer. : 08'14 - Mise à jour 29.09.2010 - mer. : 08'09

Arrivée de l'envoyée spéciale de l'ONU pour les viols

RDCongo

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Kinshasa - L'envoyée spéciale de l'ONU pour les violences sexuelles dans les zones de conflit, Margot Wallström, est arrivée mardi soir à Kinshasa, première étape d'une visite de huit jours en RDC où des viols massifs ont récemment été commis, a indiqué à l'AFP son entourage.


Mme Wallström, qui s'était déjà rendue en République démocratique du Congo (RDC) en avril, effectuera notamment un déplacement de jeudi à lundi dans l'est du pays, une région instable en raison de la présence de groupes armés qui sont régulièrement accusés de commettre des violences contres les civils. La représentante du secrétaire général de l'ONU doit se rendre dans la province du Sud-Kivu, à Bukavu, puis dans le Nord-Kivu, à Goma et Walikale, où elle rencontrera notamment des victimes de viols.


Lundi à Genève, Margot Wallström a exhorté la communauté internationale à juger les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et les milices Maï-Maï, accusés d'avoir violé "jusqu'à 500" personnes, dont des enfants, dans 13 villages du territoire de Walikale fin juillet-début août. Elle a souligné que les noms de certains des chefs de ces groupes auteurs présumés des viols étaient connus, citant ceux "du Colonel Mayele, des Maï-Maï", ainsi que le "Colonel Serafin des FDLR".


La représentante de Ban Ki-moon a estimé que les gouvernements devaient se mobiliser pour juger les coupables "avant que la piste se refroidisse et que l'attention des médias diminue".


Selon elle, les chefs des rebelles, qui n'avaient pas directement participé aux violences, doivent également être poursuivis pour ne pas avoir empêché les violences.


Mme Wallström vient en RDC pour "rencontrer des victimes de viols" et également pour suivre particulièrement le dossier des viols massif commis près de Walikale, car "on ne peut pas laisser échapper" les coupables présumés, a-t-on indiqué dans son entourage.

Au cours de son séjour qui s'achèvera le 6 octobre, l'envoyée spéciale de l'ONU rencontrera également des autorités nationales et locales, des ONG et des responsables de la mission de l'ONU en RDC (Monusco).